Mares temporaires

Le 16 Juin à 12h, Alain Thiéry, Maître de conférence à l’IMBE, vous présentera le concept des mares temporaires et la manière dont la faune spécifique de celles-ci s’est adapté aux périodes de sécheresse.

A 18h, Arne Saatkamp, Maître de conférence à l’IMBE, s’arrêtera pour vous sur la partie flore de la biodiversité des mares temporaires.

N’hésitez pas à donner votre avis ou poser des questions en commentaires !

2 réponses sur “Mares temporaires”

  1. Question posée sur la chaine YT :
    « quel est le rythme d’inondation/exondation acceptable pour que les espèces aient le temps de pondre/grandir? »

    Réponse d’Alain Thiéry :
    « Cela dépend des espèces. Les espèces à cycle très court peuvent éclore et grandir puis pondre en 1 semaine, c’est le cas d’un Linceiopsis au Tchad. Des Tanymastix peuvent boucler leur cycle en 1 mois alors que les Triops ont besoin de 3-4 mois pour pondre… Le rythme nécessaire variera donc en fonction des espèces présentes dans la mare. »

  2. Question posée sur la chaine YT :
    « Pour les plantes, les graines peuvent rester dormantes dans le sol (banque de graines du sol) mais pour les animaux, les cystes sont-ils pondus dans le sol ou à la surface du sol (sans protection vis-à-vis des éléments extérieurs) comme les très bons schémas peuvent le laisser penser ? »

    Réponse d’Alain Thiéry :
    « Les cystes sont pondus dans l’eau et sédimentent sur le fond. En taphonomie (étude de la formation des gisements fossiles et des processus qui interviennent depuis la mort jusqu’à la fossilisation d’un organisme) on peut en trouver dans les 2 premiers cm. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *