Gestion d’un boisement

Jérémie Solère, stagiaire au GPMM (Grand Port Maritime de Marseille) a réalisé une gestion de l’espace boisé de La Feuillane, une dehesa. Il vous expliquera ses actions le 17 Juin à 18h.

Extraits de la table ronde : La zone méditerranéenne est un « hotspot », c’est-à-dire une zone de haut intérêt, de la biodiversité mondiale. Les usages anthropiques tels que le pâturage extensif sont extrêmement importants pour le maintien de la biodiversité dans la zone d’étude.

Musique : Fabien Marschal

Mares temporaires

Le 16 Juin à 12h, Alain Thiéry, Maître de conférence à l’IMBE, vous présentera le concept des mares temporaires et la manière dont la faune spécifique de celles-ci s’est adapté aux périodes de sécheresse.

A 18h, Arne Saatkamp, Maître de conférence à l’IMBE, s’arrêtera pour vous sur la partie flore de la biodiversité des mares temporaires.

Extraits de la table ronde :
La diversité des habitats présents sur le site reflète la diversité des êtres vivants qu’on y a trouvés, et le suivi sur 10 ans a permis d’étudier la dynamique du site dans son entier.

Musique : Fabien Marschal

N’hésitez pas à donner votre avis ou poser des questions en commentaires !

Être chercheur en écologie

En quoi consiste le travail d’un écologue ? Le 15 Juin à 12h retrouvez la réponse de Sophie Gachet, maître de conférence à l’IMBE, à travers un story-telling qu’elle a réalisé.

A 18h, Gabriel Nève, maître de conférence à l’IMBE, vous emmène dans son laboratoire à la maison pour découvrir le processus d’identification qui suit des rélevés sur terrain.

N’hésitez pas à donner votre avis ou poser des questions en commentaires !

Présentation du programme IMBE-IKEA

Le programme IMBE-IKEA consiste en un suivi écologique de la parcelle de terrain jouxtant le site de construction d’une plate-forme logistique IKEA.

Ce suivi fait partie des mesure d’accompagnement qui ont été mises en place suite à la construction du bâtiment.

Une convention de partenariat a ainsi été signée en 2009 entre IKEA et l’IMBE et ce pour 10 ans.

Le territoire possède une biodiversité importante et étonnante. Il est important de mesurer et surveiller pour la protéger.

Le lieu peut être fragilisé par le passage des camions, l’érosion du territoire, l’évolution du biseau salé. Les activités humaines peuvent soumettre le site à des pressions et provoquer l’arrivée d’espèces envahissantes.

Un suivi du site peut permettre d’évaluer les effets des activités anthropiques, anticiper les détériorations et accompagner l’évolution de l’industrie pour protéger la nature.

De tout temps les habitants de Fos-sur-Mer se sont saisis de la question de l’industrialisation. Pour des questions de propriétés privées, par rapport à leur activité de pêche ou plus récemment dans une volonté de préservation de la nature. Les études scientifiques doivent être connectées à cette histoire, en lien avec les voisins du lieu.

Introduction au contexte du Mas de Gonon

Le Mas de Gonon se situe à Fos-sur-Mer, le site est à l’interface entre nature et industrialisation lourde.

Brève introduction au contexte industriel de Fos-sur-Mer

Le village de Fos-sur-Mer s’est initialement développé autour de la pêche et des marais salants. Étant situé sur le littoral provençal et à proximité de Marseille, Fos-sur-Mer devient rapidement un lieu intéressant pour l’implantation d’usines.

Ainsi l’industrialisation commence au 19ème siècle, avec l’installation en premier lieu de soudières. En deuxième lieu vient la métallurgie des non-ferreux. A partir de 1847, la région marseillaise est le cœur de l’économie internationale du plomb, les usines de Fos-sur-Mer prennent rapidement part à ce commerce international.

 A la fin du 19ème l’industrialisation s’intensifie et se diversifie sur le littoral de Fos/étang-de-Berre. Cette deuxième vague d’industrialisation s’est faite au détriment des pêcheurs, la transformation progressive du golfe en port devient peu à peu incompatible avec les activités de pêche. Les rejets industriels, des bateaux, les passages et les modifications apportées au territoire troublent la pêche, activité traditionnelle de Fos et des alentours.

Aujourd’hui un large complexe industriel est implanté à Fos-sur-Mer comprenant notamment des plateformes logistiques, usines de métallurgie, une raffinerie, un incinérateur. Le complexe industriel s’étend au-delà du territoire de Fos-sur-Mer et tout autour de l’étang de Berre. La zone est donc soumise à une haute pression de pollution et à de nombreux passages, fragilisant la nature qu’il est donc d’autant plus important de surveiller et protéger.

Fos-sur-Mer… c’est aussi la nature

Le Mas de Gonon est entouré de territoires protégés, de zones d’intérêt. Il fait partie des zones de coopération internationales, une partie du site est recensée comme Zone Humide et Réservoir de Biodiversité à préserver.

Le Mas de Gonon est répertorié comme zone de coopération des réservoirs de biosphère, comme domaine vital du Faucon crécerelette (Falco naumanni) , en partie comme réservoir de biodiversité à remettre en état et en partie comme Zone Humide à préserver.

Présentation du site

L’IMBE, Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine et continentale, a réalisé pendant 10 ans une étude de suivi sur la zone de La Feuillane à Fos-sur-Mer.

Nous vous proposons ici de retrouver leurs travaux, suivre l’histoire de ce projet.

Ce site s’adresse à tous les naturalistes locaux ou éloignés qui s’intéressent à ces habitats ; à tous ceux qui s’intéressent à La Feuillane, aux travaux menés sur la biodiversité dans la région ; à tous les riverains qui souhaiteraient en connaître d’avantage sur la nature qui les entourent.