Protection

Les accords, engagements et inventaires écologiques concernant La Feuillane

Zone Humide

Les zones Humides sont des zones de transition entre la terre et l’eau. Ce sont des écosystèmes extrêmement productifs, qui abritent une grande diversité d’espèces. Elles ont également des fonctions de régulation hydrologiques et de purification de l’eau.

Selon le code de l’environnement, les zones humides sont des « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire, ou dont la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année». (Art. L.211-1 du code de l’environnement).

« Étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eaux marines dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres » c’est la définition qu’en donne la Convention de Ramsar ( Convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau , élaborée à Ramsar) de 1971 dans son premier article.

Réserve de biosphère – zone de coopération

Ce sont des zones comprenant des écosystèmes terrestres, marins et côtiers. Chaque réserve favorise des solutions conciliant la conservation de la biodiversité et son utilisation durable. Elles sont « des sites de soutien pour la science au service de la durabilité » – des lieux spéciaux où tester des approches interdisciplinaires afin de comprendre et de gérer les changements et les interactions entre systèmes sociaux et écologiques, y compris la prévention des conflits et la gestion de la biodiversité.

Les trois zones interdépendantes visant à remplir trois fonctions liées, sont complémentaires et se renforcent mutuellement :

  • L’aire (les aires) centrale(s) comprend(comprennent) un écosystème strictement protégé qui contribue à la conservation des paysages, des écosystèmes, des espèces et de la variation génétique.
  • La zone tampon entoure ou jouxte les aires centrales et est utilisée pour des activités compatibles avec des pratiques écologiquement viables susceptibles de renforcer la recherche, le suivi, la formation et l’éducation scientifiques.
  • La zone de transition est la partie de la réserve où sont autorisées davantage d’activités, ce qui permet un développement économique et humain socio-culturellement et écologiquement durable.

Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) et Plan d’action en faveur des espèces menacées (PNA)

ZNIEFF

Les ZNIEFF font partie d’un inventaire, commencé en 1982, qui  » a pour objectif d’identifier et de décrire, sur l’ensemble du territoire national, des secteurs de plus grand intérêt écologique abritant la biodiversité patrimoniale dans la perspective de créer un socle de connaissance mais aussi un outil d’aide à la décision (protection de l’espace, aménagement du territoire). »

Ces zones ne correspondent pas à une régulation légale mais peuvent servir d’indicateurs pour les PLU.

La Feuillane n’est pas répertorié dans les ZNIEFF mais est entouré de lieux qui le sont.

Il existe deux types de ZNIEFF  :

  • les ZNIEFF de type I : espaces homogènes écologiquement, définis par la présence d’espèces, d’associations d’espèces ou d’habitats rares, remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel régional. Ce sont les zones les plus remarquables du territoire ;
  • les ZNIEFF de type II : espaces qui intègrent des ensembles naturels fonctionnels et paysagers, possédant une cohésion élevée et plus riches que les milieux alentours.

PNA

Les plans nationaux d’actions sont des outils stratégiques opérationnels qui visent à assurer la conservation ou le rétablissement dans un état de conservation favorable d’espèces de faune et de flore sauvages menacées ou faisant l’objet d’un intérêt particulier. Cet outil est mobilisé lorsque les autres politiques publiques environnementales et sectorielles incluant les outils réglementaires de protection de la nature sont jugées insuffisantes pour aboutir à cet objectif.

Ci-dessous l’espèce concernée par le PNA comprenant la Feuillane. Le Faucon crécerelette – Falco naumanni.